Huit entreprises sociales en première ligne pour les droits des femmes.

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits de Femmes, voici de beaux exemples de membres de la communauté Ronalpia qui se mobilisent pour cette cause essentielle.

1. Rêv’Elles : exprime tes rêves !

En 2012, Athina Marmorat a constaté des manques dans l’orientation des jeunes filles vivant dans les quartiers prioritaires : manque d’estime de soi, auto-censure face aux garçons, difficultés à reconnaître leurs forces et à exprimer leurs rêves, manque de modèles pour s’identifier… Elle crée alors l’association Rêv’Elles pour proposer aux jeunes filles des programmes innovants d’aide à l’orientation.

En 2020, l’association s’est implantée dans la métropole de Lyon, accompagnée par Ronalpia et l’Aderly dans le cadre du programme Implantation.

www.revelles.org

 

2. Au Tambour : un refuge pour des femmes en situation précaire

On estime qu’en France, 40 % des personnes sans domicile sont des femmes. Peu visibles dans l’espace public, elles fréquentent rarement les structures mixtes.
C’est pour elles qu’en juillet 2020, Anne Kahlhkoven a ouvert à Lyon un espace chaleureux, non mixte et sécurisé. Dans ce lieu participatif, elles peuvent s’entraider ou être mises en lien avec d’autres acteurs qui les aideront. Elles peuvent prendre part à des activités comme le théâtre, des massages, de la socio-esthétique… Elles participent au fonctionnement quotidien du lieu.

Pour faire naître ce projet, Anne Kahlhkoven a été accompagnée pendant l’année 2019 dans le cadre du programme Incubation de Ronalpia.

autambour.fr

 

3. Merci pour l’Invit : un réseau d’hébergement solidaire pour femmes en situation précaire

Dans la précarité, ces femmes sont particulièrement exposées au harcèlement, aux agressions, aux viols… Face à cela, la condition n°1 vers la réinsertion est la tranquillité permise par un hébergement stable.

L’association  Solinum a développé Merci pour l’Invit’, un réseau d’hébergement citoyen pour femmes sans domicile qui met celles-ci en relation avec des hébergeurs citoyens pour une durée de 15 jours à plusieurs mois.

Cette année, Solinum est accompagnée dans son implantation à Lyon par Ronalpia avec l’Aderly.

mercipourlinvit.fr

 

4. ADSF : des maraudes pour la santé des femmes

La situation des femmes en situation précaire est encore aggravée par le fait qu’elles n’ont pas accès aux soins de santé ou même à l’hygiène de base. L’association Agir pour la Santé des Femmes va à la rencontre des femmes, repère leurs besoins de santé, les oriente vers des offres de soins et les accompagne jusqu’à une prise en charge.

ADSF a été accompagnée par Ronlapia et La France s’engage en 2018.

adsfasso.org

 

5. Solidarité femmes Beaujolais : les violences aux femmes plus intenses en zone rurale

Les études ont montré que les violences conjugales durent plus longtemps sur les territoires ruraux, les victimes ayant plus de difficultés à trouver les moyens d’en sortir. Or, plus ces violences durent dans le temps, plus leur intensité augmente. Plus d’un féminicide sur deux aurait lieu dans les zones couvertes par la gendarmerie. 

C’est pourquoi Solidarité Femmes Beaujolais cherche à faciliter le repérage et l’orientation des victimes, à accompagner celles-ci vers la sortie des violences et à prévenir les violences en informant sur les questions liées au genre.

L’association faisait partie de la promotion d’incubation Ronalpia Ouest Lyonnais 2020.

www.solidarite-femmes-beaujolais.fr

solidarité femmes beaujolais
 

6. Tissu solidaire : remettre des femmes en cuisine !

« La place des femmes, c’est à la cuisine ! » Cette revendication paradoxale illustre le manque de féminisation des métiers de la gastronomie.

A l’occasion de la journée internationale de la femme ce lundi 8 mars, l’association Le Tissu Solidaire lance à Lyon le projet de réinsertion « Des étoiles et des femmes », déjà expérimenté dans plusieurs villes de France, avec le parrainage d’Alain Ducasse. L’idée : offrir à une douzaine de femmes une formation gratuite avec en vue le passage du CAP cuisine ainsi qu’une expérience dans un établissement gastronomique.  

Le Tissu solidaire a été accompagné en 2020 par Ronalpia pour son accélération et son accès aux financements.

www.desetoilesetdesfemmes.org

 

7. Solenciel : une porte de sortie de la prostitution

Pour oser quitter un réseau de prostitution, il faut des papiers, des contacts, et surtout un moyen de subsistance.

Née à Grenoble, l’association Solenciel permet à des jeunes femmes de s’affranchir de leurs souteneurs en faisant du ménage chez les professionnels. Elles peuvent travailler malgré leur statut de demandeur d’asile, grâce à une autorisation spécifique de la Direccte.

Ronalpia a accompagné Solenciel en 2020 avec l’Aderly dans le cadre de son implantation à Lyon.

solenciel.fr

 

 

8. Possible se penche sur la cause des femmes en prison

L’association Possible accompagne les citoyens à s’engager pour la réinsertion des personnes condamnées par des actions de sensibilisation et de formation. Elle gère avec Ronalpia le programme Act’ice qui accompagne des porteurs de projets du secteur pénal et carcéral.

Mercredi 17 mars à 18h30 Possible vous propose de mettre en lumière le quotidien des femmes en prison, à l’occasion de la Journée des Droits des femmes. Notamment en découvrant deux initiatives inspirantes qui travaillent auprès des femmes détenues.

Représentant 3,3 % de la population carcérale, les femmes en prison bénéficient-elles d’un traitement plus favorable ? À quelles difficultés sont-elles particulièrement exposées ? A quoi ressemble leur quotidien en détention ?

Conférence le 17 mars de 18h30 à 20 heures en visio-conférence.