Un département contrasté

Traversé du nord au sud par le couloir rhodanien, le département de la Drôme est fortement urbanisé à l’ouest, alors que les territoires montagneux de l’est sont marqués par l’enclavement et le vieillissement de la population. 

Un territoire partagé entre montagnes et vallées peuplées

Des collines du nord aux Baronnies méridionales, le département de la Drôme est contrasté. 

0
Drômois·es

Dans les vallées de la Drôme et de l’Isère, les lotissements et zones commerciales grandissent rapidement, souvent au détriment des centres-villes, y compris dans les plus grandes agglomérations comme Valence ou Romans. 

0 %
des habitants dans les agglos
de Valence-Romans et Montélimar.
0 %
de la croissance démographique concentrée dans les vallées du Rhône et de l'Isère.
0
quartiers classés en « politique de la Ville » à Saint- Rambert-D'albon, Romans, Valence, Loriol, Montélimar et Pierrelatte.

Sources : Insee, Préfecture de la Drôme Ministère de l’Agriculture, Chambre des Métiers de la Drôme.

Côté est, des paysages magnifiques et peu peuplés

À l’est du département, les massifs montagneux du Vercors, des Baronnies et du Diois ont conservé un caractère très rural. Attractifs pour le tourisme, ils sont peu desservis par les transports en commun. Ils souffrent de l’éloignement des services publics : médecins, commerces de proximité, transports en commun…
0 %
des habitants à l'Est
sur
0 %
du territoire

Une population vieillissante

Ces territoires connaissent un vieillissement de leur population supérieur à la moyenne nationale, que ce soit dans les territoires marqués par l’exode rural comme le Diois et les Baronnies, ou ceux attractifs pour les couples retraités comme la Drôme provençale.

0 %
de la population a plus de 75 ans
- 0 %
de médecins en Drôme entre 2007 et 2015
(contre -7,5 % en Rhône-Alpes)

Agriculture : en tête de la course à la bio

agriculture drome lavande

Avec ses 1 267 exploitations agricoles certifiées en agriculture biologique, la Drôme est le deuxième département bio de France.

0 %
de la surface agricole cultivée en bio

Ce résultat est le fruit d’un projet de développement de territoire porté par des acteurs économiques et les institutions depuis des années.

Avec 112 marchés et 18 points de vente collectifs, la vente directe de produits agricoles est particulièrement dynamique sur le territoire. Les produits bio sont aussi très présents dans la restauration collective.  

La Drôme est une terre du goût avec de grandes traditions gastronomiques : vins, fromages, boulangerie… On y croise de grends noms comme la chocolaterie Valrhona, le restaurant Pic, la clairette de Die Jaillance, les vins Chapoutier…  

Artisanat et commerce : des services à maintenir

Cependant, la déprise des petits commerces est inquiétante dans les villages, les gros bourgs comme dans les centres des grandes villes. Avec une moyenne d’âge qui augmente, de nombreux commerçants cherchent à transmettre.

Cependant, l’entrepreneuriat a la cote avec un nombre de créations en progression de 23 % cinq ans.

0
entreprises seront à transmettre dans les cinq ans

Une culture historique du textile

La Drôme a connu une industrie du textile et du cuir. C’est à Anneyron qu’est née la société Lafuma en 1930. Romans était connue autre fois comme la capitale de la chaussure de luxe, une activité qui renaît aujourd’hui grâce à l’action du groupe Archer avec l’Atelier Cuir.

Chômage des jeunes et pauvreté

La Drôme est le département d’Auvergne-Rhône-Alpes où le taux de pauvreté est le plus élevé. Si le département propose de nombreux emplois, le chômage y est bien présent, dû en partie à un manque de qualification d’une partie de la jeunesse.

0 %
de taux de pauvreté à l'est de la Drôme
0 %
des actifs de moins de 35 ans ont un diplôme inférieur au bac contre 34 % en moyenne régionale

Un territoire fertile
en innovations sociales
et solidaires

La coopération territoriale et l’économie sociale et solidaire ne sont plus à définir en Drôme. Avec sa voisine l’Ardèche, la Drôme est reconnue partout en France comme pionnière pour l’accueil d’initiatives durables et solidaire.

Les entreprises sociales sont nombreuses. En voici quelques grands noms. 

1083, le jean made in France est fabriqué dans la Drôme. 

Dromolib appelle à se déplacer durablement en territoire rural. 

Les Amanins est un centre agroécologique  composé d’une ferme, d’une école primaire et d’un centre d’accueil.  

Le Groupe Archer rassemble de très nombreuses activités dans l’économie sociale et solidaire : services à la personne, insertion, atelier cuir, boutique éthique, animation économique, formation…

Villages Vivants propose aux citoyens de participer à l’achat de boutiques pour l’avenir des campagnes. 

Terre de Liens achète des fermes pour enrayer la disparition des terres et réduire les difficultés d’accès au foncier agricole.

Deux territoires d'innovation dans la Drôme

Territoires d’innovation est un appel à projets d’État qui vise à faire émerger de nouveaux modèles de développement territorial. La Drôme compte pas moins de deux projets retenus dans ce schéma, sur les 24 lauréats nationaux.

Biovallée, territoire rural et innovant. Partenaire de Ronalpia depuis 2019, l’association des acteurs de la Biovallée proposent de faire de leur territoire un laboratoire d’expérimentation des solutions de transition en milieu rural.

Trois intercommunalités coopérent pour cet objectif commun : CCVD, CCCPS, Pays Diois. 

Valence-Romans, capitale des start-up de territoire. Portée par l’agglomération et le groupe Archer, cette dynamique citoyenne locale souhaite répondre, par l’entrepreneuriat, aux défis sociaux, économiques et écologiques. Ce projet a donné naissance à la fab.t, qui porte depuis 2021 les programmes d’accompagnement Drômois aux côtés de Ronalpia.