Un département rural
cerné par l'urbain

Lyon, Genève, Mâcon, Chambéry : les montagnes et les plaines de l’Ain se trouvent dans la zone d’influence de plusieurs pôles urbains. Si l’économie sociale et solidaire y a peu de racines historiques, de nouvelles dynamiques sont à l’œuvre.

De la plaine à la montagne, un patchwork de territoires

Très rural, le département de l’Ain regroupe plusieurs pays à l’identité forte.

Au nord-est, la Bresse très rurale prolonge la Bourgogne. C’est un territoire d’élevage et de gastronomie. 

Au sud-est, le plateau de la Dombes offre un paysage hydrologique unique au monde fait de milliers d’étangs qui communiquent entre eux pour permettre un assolement où grandes cultures et pisciculture se succèdent sur les mêmes parcelles.

À l’est en revanche, on est à la montagne : le massif du Bugey prolonge le Jura entre la Suisse et les Savoies.

Sa préfecture, Bourg-en-Bresse, est peuplée de 40 000 habitants. Le département ne compte pas de plus grande ville.

Le Grand Colombier, 1 538 m, point culminant du Bugey - Rolf Süssbrich
Le Grand Colombier, dans le Bugey, l'un des plus hauts sommets du département.

Des mouvements pendulaires vers les métropoles voisines

0 %
des actifs aindinois quittent
le département pour aller travailler.
Le Léman Express emmène des résidents de la région de Bellegarde vers leur lieu de travail en Suisse..
Le Léman Express emmène des résidents de la région de Bellegarde vers leur lieu de travail en Suisse.

Polarisé entre des régions très différentes, ce département rural est bordé par de très grandes agglomérations qui sont toutes hors de son territoire.

Au nord-est, on aboutit directement à Genève. Au sud-ouest s’ouvre immédiatement la métropole de Lyon. On peut ajouter Mâcon au nord-est et Chambéry au sud-est.

En tout, près de 100 000 actifs de l’Ain vont travailler dans les villes. Ces transports se font souvent en voiture : 83 % des Aindinois en sont équipés, contre 74 % dans l’ensemble de la région.

Le premier département industriel de France

Qui l’eût cru ? L’Ain est le premier département industriel de France. Les véhicules industriels, le plastique, les équipements électriques…  Au total, l’industrie fait vivre 46 000 personnes dans le département. Le taux de chômage est inférieur à 5 %.

Près d’Oyonnax, dans la fameuse “Plastic Valley”, la plasturgie emploie 8 800 personnes dans 330 établissements.

La Plaine de l’Ain, au sud, accueille des poids lourds économiques : BASF, Unilever, Plastic Omnium, Ventes privées…

La filière bois constitue un autre pôle de compétitivité grâce aux belles forêts du massif du Bugey.

L’agriculture est diversifiée et encore largement familiale. Sur un peu plus de 4 000 exploitations, 900 vendent une partie de leurs produits en direct, et 1 400 cultivent l’un de leurs produits sous signe de qualité.

En revanche, la bio a encore de belles marges de progression, car le département n’est qu’au neuvième rang régional avec 5,7 % de sa surface agricole, avec un rythme de progression plus lent qu’ailleurs.

Usine textile à Saint-Maurice-de-Beynost - Photo Benoît Prieur
Usine textile à Saint-Maurice-de-Beynost - Photo CC Benoît Prieur
0 %
de l'emploi dans l'Ain
est industriel contre
0 %
à l'échelle de la France

Dans l'Ain, l'économie sociale
et solidaire a de beaux germes

L’économie sociale et solidaire a peu de racines historiques dans l’Ain. Cependant, le secteur procure 11,2 % des emplois du département, ce qui est légèrement au-dessus de la moyenne nationale. Le secteur social concentre 47 % de ces emplois. 

Source : diagnostic de territoire sur l’ÉSS par l’AGLCA.

0
organisations de l'économie sociale et solidaire
dans l'Ain.

Dans la Dombes, on innove

Autour de Trévoux, Dombinnov est l’un des premiers Pôle Territoriaux de Coopération Économique créé en France. Il regroupe 20 entreprises, 2 membres associés, des habitants, 7 réseaux et collectivités partenaires. Tout a commencé au début des années 2010 avec un projet emblématique, la Recyclerie.

Depuis, un mouvement s’est enclenché que rien ne semble arrêter : conciergerie de territoire, financement participatif de projets, tiers-lieu, coopérative d’activité, librairie coopérative, crèche, incubateur, mutualisation de fonctions pour les entreprises… 

En 2020, le pôle comptait 600 emplois consolidés, 15 emplois sauvés, 24 entrepreneurs accompagnés…  

À Bourg-en-Bresse, on coopère

À Bourg-en-Bresse, aussi, il se passe quelque chose. Une nouvelle dynamique est en train de se conforter avec la Fabrique des Possibles où se regroupent l’AGLCA, Ess’ain, France Active Ain,  BGE et nous, Ronalpia. Ce collectif fécond se regroupe à la Maison de la Culture et de la Citoyenneté pour mieux coopérer et proposer une offre plus cohérente aux porteurs de projets. 

Bourg-en-Bresse Dynamique Solidaire, quant à elle, regroupe une dizaine d’organisations d’insertion par l’activité.